« On est tous humains »

Le genre et les races sont certes des constructions sociales qu’il nous faut déconstruire, mais déconstruire ne veut pas dire « prétendre qu’elles n’ont aucun effet ». Ces constructions ont des effets sur les moyens matériels d’existence de chacun·e d’entre nous, soit en nous avantageant, soit en nous désavantageant. Et c’est précisément en soulignant ces disparités de traitement qu’on donne des raisons de les déconstruire.

Or, il est récurrent que, lorsqu’on souligne ces injustices sociales, des intervenants nous exhortent à l’indifférenciation : « vous divisez les gens en tenant compte des catégories sociales, nous sommes tous humains, kumbaya ». Se permettre de ne pas considérer les causes matérielles des oppressions, c’est le luxe de ceux qui ne les subissent pas, et qui se moquent bien d’y remédier.

C’est une méthode de silenciation en soi, parce qu’on enquiquine les dominants à leur rappeler qu’ils bénéficient de privilèges pendant que d’autres subissent des oppressions, et ça trouble leur digestion, les pauvres. Et en s’opposant à ce que les minorités dénoncent leurs oppressions, on ne fait qu’y contribuer un peu plus.

C’est aussi ce qu’on appelle le racisme « colorblind » (littéralement « aveugle aux couleurs »), qui prétend ne pas faire de différence. Mais en ne faisant pas de différence, on ne tient justement aucun compte des oppressions spécifiques, pour mieux s’opposer à ce qu’on y remédie. C’est donc une défense de plus du statu quo de la part de ceux à qui il profite.

Par exemple si on ne tient pas compte de l’appartenance ethnique des protagonistes d’un crime raciste, alors il n’y a plus de crime raciste, il n’y a plus qu’un être humain qui s’en est inexplicablement pris à un autre être humain, sans moyen de comprendre, sans parler d’éviter que ça se reproduise.

Ce qui divise les gens, ça n’est pas de protester contre les oppressions, ce sont les oppressions elles-mêmes. Curieusement, ces divisions là semblent bien moins indisposer les défenseurs de l’unité humaine que la lutte contre celles-ci… Si vous en avez marre d’entendre des gens protester contre leurs oppressions, aidez les à y remédier : plus vite on en viendra à bout, plus vite ils vous laisseront tranquilles avec ça. Ou au pire, laissez les faire au lieu de leur mettre des bâtons dans les roues : si vous ne voulez pas faire partie de la solution, évitez au moins de faire partie du problème.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s